Vaccination antipaludique, l’OMS annonce de nouvelles avancées

r-vaccin-paludisme-large570

Il y a quelques mois déjà, l’Agence Européenne du médicament (EMA) a rendait un avis favorable pour le vaccin Mosquirix© des laboratoires GSK. Quelques mois plus tard, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) confirme de nouvelles avancées en matière de vaccination antipaludique. Des 2018, le vaccin de GSK, autrement appelé RTS,S sera déployé sur des sites pilotes en Afrique subsaharienne. Bien que partiellement efficace, il constitue une avancée qui pourrait être majeure sur une épidémie qui touchait encore plus de 210 millions de cas en 2015. 

Comuniqué de presse du 17 NOVEMBRE 2016 Organisation mondiale de la Santé (World health organization –  WHO)

L’OMS confirme aujourd’hui que le premier vaccin antipaludique au monde va être déployé dans le cadre de projets pilotes en Afrique subsaharienne. Le financement de la phase initiale du programme est désormais assuré et les vaccinations devraient commencer en 2018.

Le vaccin, appelé RTS,S, agit contre P. falciparum, à l’origine de la forme la plus mortelle de paludisme dans le monde et ayant la plus grande prévalence en Afrique. Des essais cliniques avancés ont montré que le RTS,S confère une protection partielle contre le paludisme chez le jeune enfant. 

«Le déploiement pilote de ce vaccin de première génération marque un tournant historique dans la lutte contre le paludisme», se réjouit le Dr Pedro Alonso, Directeur du Programme mondial de lutte antipaludique de l’OMS. «Ces projets pilotes fourniront les données en conditions réelles dont nous avons besoin pour prendre des décisions informées sur le déploiement du vaccin à grande échelle.»

Parcourir le communique sur le site de l’OMS